Tout d’abord cette concertation publique est quasiment introuvable sur le web, les réseaux. Si on voulait la cacher du public, on ne s’y prendrait pas autrement.
– Qui sont les rivaux de Suez sur ce projet? Est-ce à Suez d’organiser cette concertation publique?
– Les 2 incinérateurs actuellement opérationnels peuvent bruler 95.000 tonnes. Nous produisons 35.000 tonnes et la population aspire, inexorablement, à éviter l’incinérateur au maximum (déchèteries, consignes, points de tri Suez). 55.000 tonnes de déchets sont acheminées de territoires voisins, par camions (!). Est-ce la vocation de ce 3e four d’aller chercher les déchets des autres territoires? Si oui, est-ce à l’Agglo de s’endetter pour cette mission?
– Si on refuse ce projet, estimant que les fours existants suffisent à couvrir les besoins locaux, quel est le risque?
Bien à vous
Jordan Pouille

Nous vous remercions pour votre contribution et l’intérêt que vous portez au projet.

Il convient tout d’abord de rappeler que cette concertation n’a aucun caractère obligatoire et qu’elle est menée à l’initiative de ValEco, qui a considéré utile de présenter officiellement le projet et de débattre de son opportunité en amont avec l’ensemble des acteurs du territoire intéressés.

La concertation préalable a été menée dans le respect de la règlementation en vigueur (article L121-16 et suivants du Code de l’environnement). Valcante et ValEco ont procédé à une annonce de la concertation :

  • par voie d’affichage (affiche jaune transmises aux 10 mairies du périmètre)
  • par publication locale (encart presse dans La Nouvelle République et La Renaissance du Loir-et-Cher)
  • par voie dématérialisée (site internet de la concertation).

Un communiqué de presse a également été diffusé aux médias locaux le 25 novembre 2021, aboutissant à plusieurs annonces de la réunion publique dans la presse écrite et radio.

Valcante et ValEco ont également proposé aux communes du périmètre de la concertation un « kit de communication » avec les éléments d’information à utiliser sur les supports disponibles des mairies : site internet, page Facebook, bulletins municipaux, etc.

Un dossier de concertation présentant le projet ainsi qu’une synthèse ont été mis à disposition dans les 10 mairies du périmètre concerné pour toutes les personnes intéressées.

Des panneaux présentant le projet de la nouvelle ligne de Valorisation Énergétique ont par ailleurs été exposés lors de l’opération portes ouvertes de Valcante qui s’est tenue le 20 novembre dernier.

Une réunion publique s’est tenue le jeudi 2 décembre à Blois à laquelle chacun était convié à venir écouter la présentation du projet par Valcante et ValEco et à s’exprimer lors des échanges qui ont suivi. La documentation (dossier de concertation et synthèse) ainsi que les panneaux étaient à disposition des participants.

A l’issue de la concertation, un bilan du maître d’ouvrage sera mis en ligne sur le site de la concertation, qui présentera les principales observations recueillies ainsi que les enseignements qui seront pris par le maître d’ouvrage pour y répondre.

Il est important de préciser que cette concertation se tient en amont de la Demande d’Autorisation Environnementale et de la réalisation de l’étude d’impact. Ainsi la concertation préalable ne se substitue pas à l’Enquête Publique qui se déroulera le cas échéant en 2023 quand le projet aura muri et qu’il pourra être soumis plus en détail.

Concernant la légitimité de Valcante, il lui appartenait dans le cadre des missions qui lui étaient confiées dans la concession d’organiser cette concertation pour le compte de ValEco.

La production de déchets (Ordures Ménagères Résiduelles et Tout Venant de Déchèterie) du territoire de ValEco est d’environ 73 000 tonnes.

Aujourd’hui, les deux lignes actuelles de Valcante ne peuvent en prendre qu’une partie (environ 50 000 tonnes) car une partie de ces flux (les TVD) sont incompatibles techniquement.

Les deux lignes valorisent également des ordures ménagères provenant de quelques collectivités de proximité, les déchets d’activités de soin et des déchets d’activités économiques (DAE) du département.

La vocation de cette Nouvelle Ligne de Valorisation n’est pas d’aller chercher des déchets dans les territoires voisins, elle est dimensionnée pour traiter les déchets du territoire.

La décision de réaliser le projet revient dans un premier temps à ValEco qui décidera à l’issue de la concertation s’il souhaite le poursuivre ou non. Puis la décision appartiendra aux autorités compétentes, notamment la Préfecture qui sera habilitée à autoriser ou non le projet.